A l'hôpital !

Publié le par Sandrine

Cela faisait à peine une semaine que nous étions arrivées à Washington, lorsque ma fille fit une crise d'asthme. Rien d'inhabituel chez elle, cela lui arrivait fréquemment en France à cette période de l'année. Je la soignais donc comme j'en avais l'habitude, en me disant qu'elle en aurait pour 3 à 4 jours, rien de plus normal.

Sauf que rien ne s'est passé comme prévu. Dans la nuit du dimanche au lundi (heureusement ce lundi était férié aux USA), ma fille me fait remarquer qu'elle peut à peine respirer et qu'elle ne peut pas rester couchée. Me v'la donc assise dans le lit avec elle assise entre mes jambes qui arrive enfin à s'endormir.  Moi bien sur, je ne peux pas dormir dans cette position. D'autant plus que sa respiration reste difficile et qu'elle tousse beaucoup.

Inutile de dire que cette nuit fut certainement une des plus longues de ma vie. Je l'ai passée à me demander si je devais faire le 911 ou si je pouvais attendre le matin pour aller voir un docteur en sachant qu'en ce jour férié, bien peu seraient ouverts. J'ai également, je l'avoue, passé pas mal de temps à me demander si j'avais bien fait d'aller aux States et si je n'avais pas fait une énorme erreur. J'ai vraiment eu peur pour ma fille cette nuit là.

Au petit matin, ça allait mieux, mais dans le doute (et dans la crainte d'avoir à passer une nouvelle nuit blanche), je demandais au front desk de mon immeuble, comment faire pour aller chez le docteur le plus proche. Réponse : today, no doctor ! en gros, j'avais aucune chance d'en trouver ce jour là. J'ai donc décidé d'aller à l'hôpital le plus proche en taxi pour qu'un médecin puisse examiner ma fille.

Arrivées à l'hôpital, elle me dit qu'elle ne tousse presque plus et qu'elle n'a presque plus de mal à respirer. Alors là, panique. Je me demande si nous ne sommes pas venues pour rien. Mais je décide de rester quand même, après tout, ça ne peut pas lui faire de mal. Heureusement que j'ai pris cette décision.

Car après une journée de tests en tout genre (dont 2 radios des poumons), le médecin urgentiste vient m'annoncer le verdict : pneumonia (on ne prononce pas le "p"). J'ai eu un doute, est-ce qu'elle venait bien de me dire que ma fille avait une pneumonie ???? Eh oui, elle me le confirma. Là, je crois que mon coeur a cessé de battre pendant 2 ou 3 secondes pendant que tout me corps devenait subitement très froid. Je me disais : "pas pleurer, surtout ne pas pleurer". Puisque toute la conversation avec le médecin avait eu lieu en anglais, ma fille n'avait rien compris et je ne voulais pas lui faire peur.

Apparemment, le taux d'oxygène dans son sang était descendu à 89% au lieu de 99-100% et le docteur ne voulait pas prendre le risque de renvoyer ma fille à la maison. De plus, il fallait la transférer dans un hôpital pour enfants. On me dit de ne pas m'inquiéter, qu'une ambulance viendrait nous chercher! Allez expliquer tout ça à une gamine de 5 ans qui n'a qu'une envie : go back home !!!

Le trajet en ambulance fut long, il m'a semblé qu'on traversait toute la ville pour atterrir dans le coin le plus défavorisé. L'hôpital était nickel, mais le quartier lui était presqu'insalubre. Les rues étaient sales et jonchées d'ordures non ramassées ou de vieux meubles, les maisons étaient dans un sale état...

La population à l'intérieur de l'hôpital était totalement différente du premier. Beaucoup de noirs et de latinos. En fait c'était tout. Alors que dans le premier hôpital, nous étions les seules noires. Imaginez le changement... Et puis au moment où je croyais avoir tout vu, deux policiers passent dans le couloir avec un mome menotté ! Ma fille et moi étions choquées, mais cela paraissait normal pour tout le monde. Je me suis encore une fois demandée si j'avais bien fait de venir. Non pas qu'il n'y a aucun coin défavorisé en France, mais en général je parle la langue des habitants. Enfin, je suis plus à l'aise quoi.  Là, nous venions juste d'arriver, j'étais en territoire (encore) inconnu !!

Bref, après une journée forcément très éprouvante, nous avons été transférées dans une chambre à l'étage. Là, tout était beaucoup plus calme qu'aux urgences, il est vrai qu'il était déjà 22.30 donc les patients devaient dormir. On nous a présenté le médecin qui allait s'occuper de ma fille, puis la pédiatre, puis l'infirmière en chef, puis l'infirmier de nuit et deux ou trois autres personnes spécifiquement chargées de ses médicaments (boudiou !). En tout cas, je n'ai retenu que le nom du médecin qui en plus d'avoir l'air compétent, était aussi très très mignon. Ce qui est fort intéressant me direz-vous....héhé

Ma fille a eu des soins toutes les 2 heures, et moi qui dormait à côté dans un fauteuil (qui se déplie), j'étais également réveillée car ils allumaient toutes les lumières à chaque fois. Génial, deuxième nuit blanche ! Mais au moins, je savais que ma fille était soignée.

Le lendemain, pas de changement dans son état, mais on était à l'aise dans cette chambre avec la télé (que nous n'avions pas encore à l'appart) et tout plein de chaînes ! C'était impec. Pas de petit dej pour elle, juste une soupe au poulet et une compote. Pour moi, on m'a dit d'aller faire un tour à la cafétéria. J'y suis allée, et là surprise : c'était un fast-food ! J'ai faillit éclater de rire, mais en même temps, je m'en suis donnée à coeur joie (je n'avais rien mangé la veille). Les enchiladas étaient délicieuses !

Le soir, pas de changement. Jusqu'à ce qu'une infirmière super sympa amène un médicament particulièrement dégueulasse à ma fille. On a presque du la forcer à le prendre (avec du pain pour cacher un peu le goût) et juste après ma fille a vomi. Et là, miracle : toutes les glaires qui la gênaient sont parties en même temps que le médoc ! Immédiatement, son taux d'oxygène remonte à -tenez vous bien- 98 % ! J'étais soulagée, et j'ai tout de suite su que ça irait mieux maintenant. Effectivement, elle a passé la nuit en oscillant entre 99 et 100%.

Ils ont tout de même voulu la garder un peu, mais nous avons pu repartir le lendemain soir, avec une liste de médocs à prendre pour un long moment.

Ce que je retiens de cette expérience :
- le prix : 15500 dollars pour deux jours d'hospitalisation à l'hopital pour enfant, Dieu merci je n'aurais pas à payer cette somme grâce à l'assurance.
- la bouffe : moi j'ai eu du fast food, mais ma fille aussi. La nourriture servie dans les chambres n'est pas si différente de ce qu'on trouve à la cafétéria !!
- l'hôpital américain c'est comme à la télé : avec une équipe de jeunots qui débarquait tous les matins pour  parler du cas de ma fille.  C'était assez impressionnant je l'avoue.
- la gentillesse du personnel : ça changeait de certains dragons  que j'ai pu connaitre en région parisienne (;o)

Nous étions en tout cas soulagées de rentrer chez nous dans notre quartier tout propret. Je suis passée par des moments très durs, mais j'ai pu compter sur la solidarité de ma famille et de mes collègues (je venais juste de commencer à bosser). Bref, j'espère que ça ira mieux, mais j'avoue que j'aurais aimé savoir plus tôt que Washington est une des villes d'Amérique où il y a le plus de pneumonies. Il y a aussi pas mal de trucs allergènes dans le coin... C'est dingue !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sandrine 20/10/2006 04:09

ça y est j'ai mis un article en ligne, sorry for the delay.... Je pense revenir en France à l'été prochain. Mais VOUS passez quand vous ?

Capucyn 19/10/2006 07:45

il va quand meme falloir que tu t'actives pour raconter la suite de tes aventures parce qu'il y a un tas de lecteurs ki veulent te lire !!!! au fait tu as prévu de venir quand en france pour tes vacances ???

Sandrine 19/10/2006 01:00

Oui, j'espère vraiment que ce sera la seule hospitalisation de ma louloute !! En tout cas, maintenant elle va super bien, la seule différence c'est qu'elle déteste les piqures (trop de prises de sang en trois jours)...Salut JPH, welcome aboard ! Je vais essayer (I promise !) de donner le plus d'infos possible sur la vie à Washington. Ce n'est pas facile parce que finalement, TOUT est nouveau, donc j'ai à peu de choses près, environ 1 million de choses à raconter... Le tout est de savoir par où commencer ;o).

jph 18/10/2006 16:50

Sandrine, je viens de découvrir votre blog via celui de superfrenchie. Cela me parait très intéressant et j'espère que nous aurons une suite. Je souhaite une bonne santé a votre petite fille
Amitiés
JPH

Capucyn 17/10/2006 08:13

ma pauvre petite kenny !!! bon ben j'espère que c'est le seul séjour a l'hosto que ma kenny fera !!!